Je lis souvent en ce moment

les mots : gogole, débile profond, cerveau lobotomisé. Je ne sais pas si ça a toujours été le cas ou bien si c’est moi qui suis différente, mais nous sommes en 2014 tout de même. Ça me surprend d’autant plus lorsque ces mots sont employés par des professeurs, des institutrices, des journalistes, des écrivains mais surtout des parents. Nous passons énormément de temps avec cette nouvelle génération -la France de demain en quelque sorte- et cette responsabilité est effrayante mais géniale à la fois. Les mots ont une force incroyable, ils ont le pouvoir de changer les mentalités, façonner la culture d’un pays, influencer notre regard, ouvrir notre esprit sur les différences. Ils peuvent commencer une révolution, être dépréciatifs, condescendants. Ils sont énormément puissants. Les gogoles, débiles profonds et autres gentillesses utilisées pour décrire une personne lente, ayant une incapacité à penser ou à prendre des initiatives, même employés dans le but d’être vaguement drôles sont discriminatoires. Ils ont une connotation négative, sous entendant que les personnes ayant un vrai handicap sont inférieures. Les mots que l’on utilisent sont en général très représentatifs de la culture et de la mentalité d’un pays, ils peuvent vraiment donner une idée sur l’intégration ou l’acceptation des différences dans celui-ci. Ce qui m’étonne c’est que lorsque je les entends ou que je les lis, à part moi ça n’a pas l’air de déranger grand monde. Les moutons… Sérieusement je ne suis pas sensible, parfois il m’arrive même de sourire, mais ces petites claques faciles administrées sans penser m’agacent d’une force. Soyons inventifs, je suis sûre que l’on peut tous trouver des petits mots incisifs et blessants sans devoir également faire d’une pierre deux coups et s’attaquer à tout un ensemble de personnes. Je crois me souvenir que ceux travaillant dans l’enseignement sont particulièrement doués dans ce domaine. Vous pourriez accuser vos élèves d’être lents, feignants, ces mots aident bien les enfants à commencer leur vie, à avoir confiance en eux, ils ont également le mérite de ne blesser que les intéressés. Trust me. Ma prof d’anglais disait souvent à ma mère qu’avec le peu d’efforts que je fournissais, je finirai surement par faire dans une dizaine d’années, le ménage dans les classes du collège. Tout le monde sait que les techniciennes de surface sont de grosses feignasses. En Angleterre « retard », l’équivalent de débile mental is a very stong word indeed. Si tu enseignes et que pour faire rire tes copains tu traites tes élèves de « retards » assure toi que rien ne sera répété. Evite également de l’écrire sur ton blog ou on voit ta gueule, autrement tu perdras ta place. Quant au harcèlement moral ou physique à l’école, on parle de « bullying ». Les « bullies » (tyrans, brutes sont les traductions les plus proches) sont sévèrement réprimandés. Étrangement, je n’ai pas l’impression qu’il y est un équivalent exact pour « bullies », peut être sommes nous juste Francais ?